Le Sénégal

Les armoiries du Sénégal représentent un baobab et un lion. Le baobab, arbre sans âge, symbolise le passé qui imprègne la vie de tous les jours. Le lion, fait de noblesse et de force, est l'expression du dynamisme et du courage dont doivent s'imprégner les citoyens.

A l'image de ses armoiries, au Sénégal et tout particulièrement à Louga, le passé et le présent se côtoient dans tous les actes de la vie quotidienne.

Le Sénégal forme l'avancée la plus occidentale du Continent Africain dans l'Océan Atlantique. Il est constitué par une vaste plaine de 106 722 kilomètres carrés dont l'altitude ne dépasse jamais 200 mètres. Il est bordé, au nord, par le grand fleuve périphérique dont il a pris le nom, Sunougal mot wolof qui signifie pirogue.

  • Altitude : 0 à 581 m
  • Superficie : 196 722 km²
  • Climat : désertique au nord, tropical au sud
  • Fête nationale : 4 avril (indépendance en 1960)
  • Président de la République : Macky SALL
  • Population : 14.3 millions
  • Langue : pays francophone
  • Monnaie : franc CFA

Son climat

De type tropical sec, son climat est caractérisé par deux saisons fortement contrastées : une saison sèche de novembre à mai et une saison humide ou "hivernage" de juillet à octobre. Il y a également deux périodes climatiques de transition : de novembre à janvier avec des températures douces et un peu de pluie et de fin avril à fin juin avec des températures élevées.
Les régions désertiques et les steppes propres au sahel du nord font place au centre du pays à la savane tandis qu'au sud apparaît la forêt. L'arbre typique du Sénégal est le baobab. Parmi les autres espèces il y a des acacias, de nombreuses variétés de palmiers et le long des îles et des rives, des palétuviers.

Sa population

14.3 millions d'habitants présentent une mosaïque d'ethnies (Wolof, Lebous, Peuls, Toucouleurs, Sérères, Sarakolés, Diolas, Bassaris et Mandingues) et une diversité de croyances au sein de laquelle la religion islamique occupe une place dominante.

Un peu d'histoire

Bien que les débuts de l'Histoire de l'Afrique Noire soient, aujourd'hui encore, très mystérieux, on peut dire, avec certitude, que le plus ancien peuplement du Sénégal remonte au paléolithique inférieur. La préhistoire qui correspond au Moyen Age européen, voit s'épanouir plusieurs civilisations qui ont laissé des mbanar, tumulus funéraires, ainsi que, dans le Sine Saloum, des ensembles mégalithiques dressés par de mystérieux adorateurs du soleil.

L'histoire du Sénégal avant le XIXe siècle est dominée par l'influence des grands empires voisins : le Gana entre le VIIIe et le XIe siècle de notre ère, puis à partir du XIe l'Empire du Mali et, enfin par l'Empire Songhaï. Vers 1516, tout l'ouest africain appartient directement ou indirectement, par vassal interposé, au Songhaï.

Les influences de ces trois empires ont été déterminantes dans la formation du peuple sénégalais, elles ont contribué à la fusion de groupes culturellement très proches. (photo historique.jpg)

La fondation des Etats Sénégalais intervient entre le IXe et le XIVe siècle.
Le Pays des Wolofs qui s'étend de Saint-Louis jusqu'au sud de la presqu'île du Cap Vert, connaît une unification politique autour de l'Empire qui porte son nom, le Djolof.
C'est dans le Royaume du Cayor "ceux du sable" qui perdurera jusqu'à l'occupation française, que LOUGA sera fondée.

Mais déjà, dès le XVe siècle, l'Europe penchée sur l'Afrique, lance vers l'embouchure du fleuve Sénégal ses premiers navigateurs portugais. Dès le début du XVIIe siècle, la France multiplie ses initiatives.

L'arrivée des Européens sur le Continent Africain coïncide avec la découverte de l'Amérique (1492). Le besoin de main d'œuvre dans les colonies espagnoles va engendrer le commerce des esclaves. A partir du XVIe siècle, au moment où la condition servile a pratiquement disparu en Europe occidentale, toutes les Nations maritimes participeront à un "fructueux commerce" qui va avoir des conséquences tragiques et désastreuses pour l'Afrique.

La traite des noirs qui s'étend sur plus de 3000 kilomètres entre la Mauritanie et le Congo, va sévir sur la côte atlantique pendant 300 ans.
Ruineuse démographiquement, elle l'est aussi économiquement ; en effet les petits chefs côtiers comme les Empires sont devenus pourvoyeurs de négriers. Toute l'activité de ces vastes régions se concentre sur les raids esclavagistes.

L'agriculture et l'élevage dépérissent. Des tribus entières abandonnent leurs territoires pour échapper aux chasseurs d'hommes.
C'est seulement à la fin du XVIIIe siècle que la protestation contre la traite commence à prendre de la force ; la France l'abolit définitivement en 1848. Commence alors pour l'Afrique une période de dynamisme et de renouveau.

Pendant un temps disputé entre l'Angleterre et la France, le Sénégal revient à cette dernière en 1817, un demi siècle plus tard il sera la première colonie française en Afrique.
La conquête du Sénégal de 1854 à 1865, a surtout été une initiative personnelle du gouverneur Faidherbe. Il chassera les Maures du Fleuve, développera la culture de l'arachide, établira la liaison Saint-Louis Gorée, fondera Dakar et Rufisque.
Son œuvre sera poursuivie en dépit de la résistance sénégalaise à l'implantation française.

A l'aube du XXe siècle, Dakar est la capitale de l'Afrique Occidentale Française, c'est dire l'importance grandissante du Sénégal. Chacune des quatre communes DAKAR, GOREE, SAINT-LOUIS et RUFISQUE, dont les citoyens naissent Français, est représentée à la Chambre des Députés.

En 1914, le Goréen Blaise DIAGNE, est le premier député élu d'Afrique Noire.

Au lendemain du second conflit mondial, la Conférence de Brazzaville porte déjà en elle les prémices de l'indépendance tandis qu'apparaît un jeune élu sérère, épris de culture française, Léopold Sédar SENGHOR. Chantre de la négritude, il est le premier agrégé africain.

Couronnement logique du processus de décolonisation, Léopold Sédar SENGHOR est élu président de la République du Sénégal en 1960. En décembre 1980, il annonce sa décision de se retirer, c'est son premier ministre le Lougatois Abdou DIOUF qui deviendra, en janvier 1981, le deuxième Président de la République du Sénégal. Maître Abdoulaye WADE qui lui a succédé en 2000, est originaire de Kébémer dans la Région de Louga. Léopold Sédar SENGHOR entrera à l'Académie Française en 1983.

Le 2 avril 2012, Macky Sall devient le nouveau président de la République.

Nos partenaires

Parce que l'union fait la force...

alfang jappoo

TamboursFanfare
est un groupe musical
franco-sénégalais.

alfang jappoo

L'Echo des Avens
une fanfare sans fil,
sans ampli et sans chichi !

© 2015-2020 Comité de Jumelage Millau-Louga  |  Mentions légales  |  Plan du site |  Création : STELOWEB